Qu’est-ce que l’Ethereum (ETH) : un aperçu de la crypto-monnaie

Pendant les quatre premières années suivant son lancement, le bitcoin était le seul leader de l’industrie de la blockchain. Les autres crypto-monnaies, comme le Litecoin, en étaient des forks. Les développeurs de monnaies virtuelles ont pris le code de programmation de la crypto-monnaie bitcoin comme base, et avec quelques ajouts, ont lancé un nouveau réseau. Mais cet état de fait ne convenait pas à tous les membres de la communauté blockchain.

Les particularités du code de programmation du BTC limitaient le vecteur d’application des actifs numériques par le système financier et empêchaient de libérer tout le potentiel de cette technologie innovante. Le résultat est l’Ethereum, une crypto-monnaie qui est devenue un concurrent majeur de l’or numérique.

Qu’est-ce que l’Ethereum (ETH) ?

Ethereum est un outil universel permettant d’exécuter des applications décentralisées qui fonctionnent sur des contrats intelligents. La crypto-monnaie Ethereum est l’unité d’échange de l’écosystème. Ethereum est parfois qualifié de Bitcoin 2.0, mais malgré certaines similitudes, les projets ont des objectifs fondamentalement différents.

La principale valeur du réseau Ethereum ne réside pas dans les crypto-monnaies, mais dans les capacités de la plateforme virtuelle. Toutes sortes de projets blockchain, des paris sportifs aux casinos en ligne en passant par les associations caritatives et les NFT, sont lancés sur la base d’Ethereum. Pour y accéder, il suffit d’activer l’extension de navigateur MetaMask.

Qui a créé l’Ethereum (ETH) ?

En 2013, Vitalik Buterin, un jeune programmeur canadien et fondateur de Bitcoin Magazine, et son collègue Gavid Wood ont présenté le concept de la plateforme blockchain Ethereum. La crypto-monnaie de ce réseau jouait non seulement le rôle de moyen de paiement, mais permettait également l’échange de ressources à travers de multiples services web peer-to-peer. L’année suivante, une campagne d’ICO a permis de lever 31 000 BTC (18 000 000 $). Vitalik Buterin a réussi à attirer l’attention de banques et d’institutions financières réputées sur le nouveau projet. Le réseau etherium a été lancé en mode test au cours de l’été 2015. Mais l’ensemble des options n’est devenu disponible que 9 mois plus tard, lorsque le protocole Homestead a été créé et mis en œuvre.

En juin de la même année, une vulnérabilité a été découverte dans le code logiciel de The DAO, un système qui gère de manière autonome les capitaux d’investissement. En raison d’un bug dans le logiciel, les pirates ont volé environ un tiers de toutes les pièces, les déplaçant vers une ramification de la chaîne ChildDAO qui était entièrement sous leur contrôle. Ces fonds ont tout de même été gelés pendant un mois grâce aux fonctionnalités du projet The DAO.

Vitalik Buterin, ainsi qu’une partie de la communauté Ethereum, ont décidé de rendre l’argent aux investisseurs. En conséquence, le 20.06.2016, le réseau a subi un hard fork (bifurcation de la blockchain) qui a annulé les modifications apportées par les hackers. Mais une autre partie de la communauté a décidé de rester dans le projet DAO, et c’est ainsi que le réseau cryptographique Ethereum Classic a été formé.

Pourquoi avez-vous besoin d’Ethereum (ETH) ?

La blockchain Ethereum permet à chacun de tirer parti de la technologie du grand livre distribué pour des tâches spécifiques. Avec l’avènement du système Ethereum, il n’est plus nécessaire de créer un réseau de cryptomonnaies personnel. Pour un coût relativement faible, il est possible d’utiliser une solution prête à l’emploi.

Des dizaines de milliers d’applications informatiques écrites dans différents langages de programmation pourraient désormais fonctionner et communiquer entre elles sur un seul site, ce qui élargit considérablement le champ d’application de la technologie blockchain. Selon Vitalik Buterin, Ethereum est le nouvel Internet, avec toutes ses possibilités et ses perspectives illimitées. Les contrats intelligents, dont l’idée a été suggérée à la fin du millénaire dernier par le professeur Nick Szabo, sont l' »ingrédient secret » d’Ethereum. Ils sont essentiellement une application PC qui contrôle le paiement d’une transaction. Le programme effectue une opération « si-alors », par exemple : « Si une personne met 50 roubles dans une machine à café, la machine distribuera une tasse de café ». Les contrats intelligents prennent efficacement en charge les transactions et le respect des contrats, y compris dans un environnement totalement virtuel.

Ainsi, tout programmeur compétent peut créer sa propre application basée sur l’écosystème Etherium, qui fonctionne selon un algorithme strictement établi. Le système garantit la protection contre les pannes et les attaquants, l’absence de censure et la non-interférence des régulateurs externes. Si l’un des nœuds servant ce contrat intelligent tombe en panne, l’application bascule sur un autre nœud et continue à fonctionner de manière stable. Les informations reçues pendant l’exécution du contrat intelligent resteront inchangées, grâce au système de stockage distribué sur des milliers de nœuds.

La fonctionnalité du réseau Ethereum permet :

D’exécuter des contrats intelligents d’une complexité accrue pour la gestion de la chaîne d’approvisionnement.
Créer tout type d’application (jeux NFT, programmes utilitaires, etc.).
Numériser des actifs physiques (pétrole, or, pierres précieuses, biens industriels).
Gérer les services d’identification des clients et d’authentification des documents.
Organiser des plates-formes commerciales décentralisées.
En théorie, il est possible d’organiser le vote électronique lors d’élections sur la blockchain Ethereum.

En outre, il existe de nombreuses ICO basées sur la plateforme Ethereum, pour lesquelles une norme unique de jetons émis appelée ERC 20 a été développée. L’acronyme signifie « Request for Comments on Etherium ». La norme ERC 20 permet de s’assurer que tous les projets répondent à des normes de sécurité fixes et garantit leur stabilité au sein du réseau.

C’est le lancement de l’écosystème ETH qui a déclenché un véritable boom sur le marché des ICO. Un nouveau venu dans le secteur des crypto-monnaies sera surpris d’apprendre qu’il existe de nombreuses autres crypto-monnaies fonctionnant sur la blockchain Ethereum en plus du jeton ETH. Et chaque utilisateur peut émettre ses propres jetons. Toutefois, strictement selon des paramètres prédéfinis. Il est nécessaire de suivre les règles de la norme ERC-20 pour que les actifs virtuels personnels interagissent harmonieusement avec le reste du système.

Le lancement d’un projet de blockchain personnel basé sur Etherium est relativement facile et relativement peu coûteux. Les organisateurs de nouvelles startups n’ont pas tardé à en profiter. Et maintenant, des milliers d’applications fonctionnent sur le système avec des jetons originaux, et des campagnes de financement régulières sont en cours. Les équipes de jeunes projets cryptographiques vendent leurs jetons aux investisseurs de la même manière que les entreprises classiques vendent leurs actions, mais la monnaie numérique est acceptée comme paiement.

Le produit secondaire du réseau est l’éther, une monnaie qui sert de consommable pour sécuriser les contrats intelligents. Les développeurs estiment que l’ETH est un carburant numérique qui soutient la fonctionnalité de la machine virtuelle. Le projet EVM est conçu pour empêcher une attaque par déni de service. EVM contrôle l’interdiction d’accès non autorisé à l’état interne d’un programme déployé sur la plateforme Ethereum, empêchant ainsi toute interférence potentielle au sein du réseau.

Lorsqu’un nouveau programme est activé ou qu’une transaction est exécutée, le réseau traite les données compilées en « byte code », que la machine virtuelle décrypte et exécute. Grâce à l’EVM, les applications écrites dans différents langages informatiques peuvent communiquer efficacement.

D’où viennent les pièces Ethereum (ETH) ?

Toutes les pièces du réseau cryptographique se trouvent à tout moment dans la blockchain. Le mot « blockchain » se traduit par « chaîne de blocs » et la traduction littérale est la désignation la plus précise. La blockchain est une chaîne clairement structurée de blocs d’information, dont chacun est un ensemble de transactions cryptées. Les signatures de hachage sont recherchées par les mineurs. Un hash est le résultat du traitement d’une fonction cryptographique qui fonctionne comme un codeur de données.

Un équipement informatique est utilisé pour créer un nouveau bloc. La génération prend environ 15 secondes, après quoi le bloc est vérifié et écrit sur la blockchain. Pour chaque bloc ajouté, les mineurs reçoivent une récompense de 3 ETH. Le minage individuel n’étant plus pratiqué depuis longtemps, la récompense est généralement reçue par un serveur de minage collectif, qui la distribue ensuite à toutes les personnes impliquées dans le processus. C’est ainsi que les pièces Etherium apparaissent dans la période actuelle.

Explorateur de blocs Ethereum (ETH)

Lors du développement d’un nouveau projet crypto, un Block Explorer distinct est nécessairement créé, sans lequel le fonctionnement d’un réseau de paiement distribué n’est pas possible. Un tel service est très nécessaire, mais si vous travaillez constamment avec plusieurs monnaies numériques et surveillez régulièrement le statut de l’une ou l’autre blockchain, vous préférerez un moteur de recherche universel. Il est beaucoup plus pratique de passer d’un réseau à l’autre en un seul clic, plutôt que de stocker un tas de liens et d’ouvrir une nouvelle fenêtre à chaque fois. Bien entendu, aucun moteur n’a encore été créé pour rechercher l’un des 7 884 réseaux de paiement distribués.

Le site officiel de ce service de recherche et d’analyse se trouve à l’adresse https://blockchair.com/ethereum.

L’interface est traduite en sept langues européennes, dont le russe. Une API est disponible pour les développeurs, avec un support pour filtrer, trier et agréger les informations. L’option Blockchair Feed permet de lire à la volée les textes publiés sur les blockchains Bitcoin, Bitcoin Cash et Ethereum. Elle affiche également les messages des réseaux sociaux décentralisés Blockpress.com et Memo.cash. Vous ne le saviez peut-être pas jusqu’à présent, mais les écosystèmes de blockchain ne sont pas du tout des grands livres ennuyeux qui ne stockent que les enregistrements des transactions financières entre les utilisateurs du réseau. On y trouve aussi d’autres informations plus intéressantes, comme le Manifeste du hacker de Lloyd Blankenship, des nouvelles politiques et économiques, et même des déclarations d’amour ! Dans le grand livre distribué de l’etherium, elles sont stockées dans les champs « input » et « extraData », tandis que dans le bitcoin et le bitcoin cash, elles sont stockées dans les scripts de remise, dont le plus connu est OP_RETURN, souvent utilisé par les visiteurs des « tweeters décentralisés ». Comme nous le savons, la propriété fondamentale d’une blockchain est l’immuabilité, ce qui signifie qu’aucune information ne peut être effacée ou modifiée.

Par quoi l’Ethereum (ETH) est-il sécurisé ?

La question de savoir comment l’Ethereum est sécurisé, tout comme le bitcoin ou d’autres monnaies de réseaux décentralisés, est posée depuis des années par les opposants aux crypto-monnaies.

Ils devraient poser la contre-question suivante : « Par quoi le dollar américain, qui est la seule unité monétaire du système financier mondial, est-il adossé ? ».

Toute monnaie doit être adossée à une quantité appropriée de biens. Le dollar n’a pas une telle garantie. Cet « argent », liquide et non liquide, papier et électronique, est une monnaie mondiale non sécurisée. Mais comme pratiquement tous les États et la majorité de leur population conservent leurs actifs et leurs économies en dollars américains, son utilisation dans les règlements mutuels est devenue la norme acceptée. Il s’agit d’un contrat sans garantie ni obligation.

Les « hérétiques » qui tentent de quitter le système de règlements mutuels en dollars seront confrontés à un blocus commercial, économique et, si nécessaire, militaire, à des sanctions, à la saisie des comptes étrangers dans toutes les banques étrangères et à des mesures d’étranglement similaires. En fait, le dollar américain est soutenu par la matraque nucléaire et la plus grande force militaire en termes de personnel. C’est une sécurité très robuste, elle n’a pas besoin d’être meilleure.

La plateforme Ethereum permet de se passer d’intermédiaires dans les transactions, protège contre les interférences extérieures et la censure, assure l’immuabilité et la sécurité. Les nouvelles pièces Ethereum sont créées à l’aide d’un algorithme strictement défini, intégré au code logiciel du système, et toutes les transactions sont protégées par une signature cryptographique.

Essentiellement, la sécurité de l’etherium est constituée de tous les avantages de la technologie blockchain et des caractéristiques du code logiciel qui permet d’utiliser la plateforme pour conclure des contrats intelligents.
Le système examine automatiquement les conditions et les circonstances de la transaction et analyse sa sécurité. Les transactions sont également exécutées sans intervention humaine, les contrats intelligents sur la plateforme etherium étant considérés comme achevés une fois confirmés par l’autre partie et non annulés. Les résultats de l’exécution sont enregistrés dans un registre public.

Les capacités du réseau Ethereum intéressent les grandes entreprises, et une communauté mondiale EEA (Enterprise Ethereum Alliance) a déjà été créée. Elle compte 19 groupes consultatifs techniques, industriels et juridiques. L’EEA compte parmi ses membres 250 entreprises de 45 pays, dont :

Microsoft ;
JP Morgan ;
Intel ;
Sberbank.

Tous les membres explorent activement les possibilités de construire une économie blockchain mondiale.

Aujourd’hui encore, plusieurs années après son lancement, on peut trouver des publications qui considèrent la crypto-monnaie bitcoin comme une bulle financière. Le principal argument des sceptiques du bitcoin est que l’or numérique n’est soutenu par rien. C’est discutable, mais là n’est pas la question, c’est la quasi absence d’articles similaires sur l’Ethereum.

Pourquoi en est-il ainsi ? La raison tient peut-être à la composition du groupe de soutien du projet. Non seulement les utilisateurs ordinaires du réseau, mais aussi les requins des affaires s’intéressent au développement de la plateforme Ethereum. L’attention accrue portée au projet par le grand capital et l’expansion omniprésente des moyens de pratiquer Ethereum, rendent cet actif numérique populaire et précieux.

Extraction de pièces d’Ethereum (ETH)

Il n’y a pas de limite à l’émission de la crypto-monnaie ETH, le minage peut donc se poursuivre indéfiniment, mais les développeurs ont exprimé à plusieurs reprises leur intention de passer du minage traditionnel PoW (proof of work) au minage PoS (proof of ownership). La manière dont ces algorithmes de protection des cryptomonnaies diffèrent fait l’objet d’un article distinct, mais, pour expliquer brièvement, le passage au PoS signifie la fin du minage sur tout matériel.

Vous n’aurez besoin que d’un ordinateur avec un portefeuille local pour obtenir de nouvelles pièces, et plus le portefeuille sera « épais », plus le minage PoS sera productif. Dans la première phase, un système combiné fonctionnera et une certaine part de la production restera sous le contrôle de PoW, tandis que l’autre partie sera donnée aux validateurs. Les règlements pour la transition de la Proof-of-Work à la Proof-of-Stake et toutes les caractéristiques de la forge d’Ethereum contiennent l’algorithme Casper mis à jour, sur lequel le réseau Ethereum 2.0 fonctionnera. Le réseau mis à jour a été lancé le 1.12.2020.

Les premiers mineurs ASIC pour gagner de l’Etherium publiés par Bitmain n’étaient pas rentables en raison de leur taux de hachage relativement faible et de leur coût élevé. Le nouvel ASIC Bitmain Antminer E9, doté d’un taux de hachage fantastique de 3 Gh/s, devrait sortir en novembre prochain. Pour l’instant, ce segment de marché est dominé par les dispositifs sur circuits intégrés d’Innosilicon. Pour le minage de l’éthérium, vous ne devriez acheter que les dernières versions des mineurs ASIC avec 5 à 7 Go de mémoire. Après que le volume de DAG ait atteint la marque de 4,02 Go, les propriétaires de cartes de 4 Go ont eu besoin de programmes spéciaux pour prolonger le minage pendant un certain temps. Mais cela appartient déjà au passé. Aujourd’hui, vous ne pouvez extraire de l’éther qu’avec des GPU de 6 Go de mémoire (il n’y a plus de GPU de 5 Go). Les ASIC dotés de 5 Go de mémoire ne pourront plus extraire d’Ethereum en mai prochain. Mais il est plus probable que le minage de l’ETH s’arrête en hiver, c’est du moins ce que dit une équipe de développement d’Ethereum. Cependant, si vous avez économisé suffisamment d’éther, vous pouvez devenir un validateur et continuer à gagner de l’argent en participant au maintien de l’écosystème le plus puissant après le bitcoin. Comment faire, nous allons vous le dire maintenant.

Empilage d’Ethereum (ETH)

ETH 2.0

Pour commencer l’Ethereum Stacking ETH 2.0, vous devez verrouiller 32 ETH dans un contrat intelligent. Vous pouvez le faire ici. Au départ, seule la version Mainnet était utilisée comme porte-monnaie Web 3.0, mais il est ensuite devenu possible d’effectuer un dépôt, via le porte-monnaie MEW ordinaire. Une phrase mnémonique est générée lorsque vous créez un dépôt sur le réseau mis à jour, veillez à la sauvegarder et à ne la montrer à personne. L’argent que vous avez bloqué ne pourra pas être restitué tant que la phase suivante de la mise à niveau n’aura pas été lancée et que l’ancien réseau ETH 1.0 n’aura pas été entièrement fusionné avec la nouvelle version de la blockchain. Autrement dit, vous devez effectuer un dépôt, exécuter le client, mais vous pouvez utiliser l’argent que vous avez gagné en un an et demi.

Les validateurs PoS remplissent les mêmes fonctions que les mineurs dans les réseaux de consensus PoW (proof-of-work). C’est-à-dire qu’ils valident les transactions et signent les blocs. Le réseau etherium mis à jour dispose d’un système permettant de punir les validateurs qui tentent d’endommager la blockchain. Non seulement ils sont disqualifiés de la validation, mais tout l’argent de cette adresse leur est retiré. L’absence d’action entraîne des sanctions. Si de telles mesures étaient appliquées à nos députés, ils deviendraient probablement beaucoup plus efficaces. Donc, si vous voulez devenir un valideur d’Ethereum 2.0, assurez-vous que votre nœud fonctionne à tout moment, sinon vous serez laissé sans récompense. Configuration système recommandée :

Système d’exploitation : Linux 64 bits, Mac OS X, Windows ;
Processeur : Intel Core i7-4770 ou AMD FX-8310 (ou supérieur) ;
MÉMOIRE VIVE : 8 GO ;
Espace minimum disponible sur le disque dur : 100 Go ;
Bande passante Internet minimale : 10 Mbps.
Les programmes clients utilisés sont :

Prysm – le client Ethereum 2.0 le plus populaire et le plus fiable. Il est écrit dans le langage informatique Go et est sous licence GPL-3.0. Documentation : https://docs.prylabs.network/docs/getting-started.
Lighthouse – créé dans le langage de programmation Rust avec un accent sur la sécurité et la haute vitesse. Sous licence Apache 2.0. Documentation : https://lighthouse-book.sigmaprime.io.
PegaSys Teku – Client Jaba pour Ethereum 2.0 pour les besoins des clients institutionnels. Sous licence Apache 2. Documentation : https://docs.teku.pegasys.tech/en/latest/HowTo/Get-Started/Build-From-Source.
Nimbus est une version expérimentale du client Ethereum 2.0 dans le langage Nim. Ce langage est similaire en syntaxe à Python et est compilé en C. Il est orienté vers un travail futur avec des appareils mobiles. Documentation : https://nimbus.team/docs.
Vous devrez également faire fonctionner un nœud complet sur le réseau ETH 1.0. Lien vers le guide de mise en place : https://ethereum.org/ru/developers/docs/nodes-and-clients.

Des instructions détaillées sur la façon de démarrer le nœud peuvent être lues ici.

Ceux qui ne peuvent pas faire fonctionner un nœud ETH 2.0 par eux-mêmes peuvent se connecter à l’un des pools de co-stacking. La meilleure façon de le faire est sur l’échange Binance. Vous trouverez des instructions détaillées dans une revue séparée sur notre site Web.

Le 27 octobre 2021, le premier hard fork du réseau Etherum 2.0 devrait avoir lieu, sous le nom de code Altair. Après cette mise à niveau, non seulement des nœuds complets mais aussi des portefeuilles légers seront disponibles sur le réseau, ce qui élargira considérablement la base d’utilisateurs et offrira des possibilités supplémentaires de gagner sur l’empilement d’ETH. Participez !

Que puis-je acheter avec l’Ethereum (ETH) ?

L’Ethereum est principalement conçu pour fournir des contrats intelligents, mais il peut également être utilisé comme moyen de paiement. Pour obtenir une liste des magasins qui acceptent la crypto-monnaie, consultez https://cryptwerk.com/pay-with/eth. Et, bien sûr, vous pouvez vendre de l’Ethereum contre de l’argent traditionnel, sur une place de marché ou un échange de crypto-monnaies.

Comment et où acheter de l’Ethereum (ETH) ?

Si vous ne voulez pas extraire la crypto-monnaie vous-même, vous pouvez acheter des pièces d’Ethereum pour de la monnaie fiduciaire sur des bourses telles que :

Binance ;
Exmo ;
Bitfinex ;
Kraken ;
Coinbase.

Vous pouvez acheter ou vendre de l’Etherium contre des roubles dollars ou d’autres crypto-monnaies sur Binance. La bourse de crypto-monnaies offre aux clients plusieurs options pour acheter la crypto-monnaie etherium en une seule fois :

L’échange instantané de jetons numériques et de fiat.
Marché au comptant, où il est possible de placer des offres de marché et des offres limitées.
Service P2P pour acheter de l’éther et d’autres crypto-monnaies directement auprès des détenteurs de jetons.
Les avantages de la négociation sur la bourse sont son service fiable et ses faibles commissions.

De nombreuses autres bourses fonctionnent également avec la paire BTC/ETH. Les bourses de crypto-monnaies exigent une inscription et une vérification du compte pour les transactions avec de l’argent traditionnel. Vous fournissez à l’administration de la bourse des copies de vos comptes bancaires et des documents prouvant votre identité et votre lieu de résidence, et vous attendez les résultats de la vérification. Les bourses sur Internet vous permettent de rester anonyme, mais elles facturent des commissions plus élevées, et les taux des différents sites peuvent varier considérablement. Vous ne devez utiliser que des services en ligne vérifiés pour éviter de perdre votre argent.

Comment stocker correctement les pièces d’Ethereum (ETH) ?

La règle de base du stockage des crypto-monnaies est de ne pas utiliser les dépôts des sites de trading pour un stockage à long terme. Pour que vos actifs numériques soient totalement sûrs, vous devez conserver les clés secrètes de votre portefeuille à l’abri des intrus. Qu’est-ce qu’une clé privée ?

Etherium, comme d’autres projets de blockchain, utilise la cryptographie asymétrique pour créer des combinaisons de chiffres et de lettres latines qui donnent accès à votre part d’actifs virtuels. Lorsque vous créez un nouveau portefeuille, le système génère une clé privée et une clé publique (adresse du portefeuille) y est liée. La particularité de la clé publique d’ethérium est qu’elle commence toujours par « 0x » et n’est pas sensible à la casse sur le clavier. Vous donnez l’adresse du portefeuille à tout membre du réseau de qui vous attendez un transfert de pièces. Gardez toujours votre clé privée secrète, vous n’en aurez besoin que pour les transactions sortantes.

Le portefeuille le plus populaire pour stocker de l’éthérium est MyEtherWallet. Il ne nécessite pas le téléchargement de la blockchain sur votre disque dur, est facile à gérer et assez fiable. Surtout si vous le synchronisez avec un coffre-fort matériel Trezor ou Ledger Nano X. Les coffres-forts matériels sont des dispositifs ressemblant à des clés USB et dotés d’un mini-écran, conçus pour stocker vos clés privées en toute sécurité.

Ne stockez jamais de clés privées sous forme électronique sur une clé USB ordinaire, et encore moins sur le disque dur d’un PC. Si quelqu’un vous demande une clé privée pour soi-disant envoyer de l’argent à votre adresse, ne le faites jamais. Ne vous vantez pas du solde de votre porte-monnaie cryptographique sur les forums et ne divulguez pas votre méthode de stockage. Ne téléchargez et n’installez que des logiciels d’actifs numériques provenant de sources fiables. Voilà, en résumé, tout ce que vous devez savoir pour stocker Ethereum en toute sécurité.

Conclusion

Comme l’a dit l’un des dirigeants de la plateforme, Vitalik Buterin :

 » La blockchain d’Ethereum effectue 15 transferts par seconde et devrait en faire 100 000 « . L’équipe de développement a deux stratégies principales de mise à l’échelle – tier one et tier two. Le sharding sera utilisé pour accélérer le traitement des transactions, l’idée étant de distribuer la transaction à différents nœuds du réseau, choisis au hasard. Cette technique permettra d’accélérer la blockchain par un facteur de 1 000, voire plus.

Il existe d’autres moyens d’accélérer le traitement des transactions. Plus récemment, la startup Offchain Labs a lancé une version majeure d’Arbitrum, conçue pour mettre à l’échelle le réseau Ethereum. L’utilisation d’Arbitrum permet aux contrats intelligents de la plateforme Ethereum de traiter jusqu’à 500 transactions par seconde. Grâce à l’open source, chaque programmeur peut créer des applications décentralisées capables de traiter de grands volumes de données sans compromettre la confidentialité des clients. L’exécution correcte de la transaction est garantie par un mécanisme spécial appelé AnyTrust Guarantee. La solution Arbitrum, qui est un add-on au réseau central, convient à toutes les plateformes, mais une version pour la blockchain ETH est actuellement en cours de test.

Si le potentiel de développement est important, l’ether, dans son état actuel, n’a pas encore totalement échappé à ses limites et à ses lacunes. Pour que l’écosystème blockchain Ethereum devienne la base d’un système financier, il faut augmenter la vitesse de traitement des transactions. Sans oublier de maintenir la décentralisation du réseau. En outre, il est souhaitable de réduire la consommation de ressources. C’est dans ce but que le principal ensemble de mises à jour de l’ETH 2.0 est mis en œuvre.

Si l’équipe du projet parvient à réaliser ses plans, cela renforcera non seulement la position d’Etherium dans l’industrie de la blockchain, mais accélérera également l’expansion de la monnaie numérique dans le système financier mondial. L’avenir est dans la cyberéconomie et la monnaie du futur n’est pas le papier, ni même l’or, mais les mathématiques.

Like this post? Please share to your friends:
No Coin No Future: All About Crypto
Laisser un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: